Info ou intox : Il faut attendre deux heures avant d’aller nager après avoir mangé.

Qui ne l’a pas entendu, enfant? Tous les parents – ou presque – vous le diront : il faut attendre une heure, une heure et demie, voire deux heures après avoir mangé avant d’aller se baigner. Sous peine de crampes, d’hydrocution, de noyade, de mort ou d’autres désagréments du genre. Même pour un petit sandwich de rien du tout.

Alors, clarifions tout de suite: c’est un mythe… Encore une belle intox qui essaie de se faire passer pour une info. En effet, personne à ce jour n’a pu établir de corrélation entre les noyades et le contenu de l’estomac.

Farfouillons un peu pour en savoir plus.

Qu’est-ce qu’une crampe ?

Selon la version française de wikipédia, une crampe, c’est :

un trouble du système musculo-squelettique caractérisé par une contraction douloureuse et temporaire d’un muscle. Les crampes surviennent plus souvent au niveau des fléchisseurs des bras ou des jambes.

S’il y a un lien entre les crampes et l’alimentation, disons qu’il n’est pas très fort. Certes, une alimentation équilibrée joue un rôle dans la prévention des crampes (hydratation, magnésium, potassium, calcium…), mais ça ne se joue pas dans l’heure… Accessoirement, avoir une crampe pendant une baignade ne semble vraiment dangereux que si on panique.

Qu’est-ce qu’une hydrocution ?

C’est vrai qu’on parle aussi d’hydrocution pour justifier cette mise en garde. Alors, une hydrocution, c’est quoi? Toujours selon Wikipédia France :

Une hydrocution est un choc thermique entre un être humain et un environnement aquatique. Elle provoque un arrêt cardio-ventilatoire qui entraîne généralement une perte de connaissance suivie d’une noyade si le sujet n’est pas sauvé rapidement. Ce terme dérive du mot électrocution lui-même dérivé du mot exécution.

Là, c’est du sérieux, effectivement. On ne plaisante pas avec les chocs thermiques. Sauf qu’il n’y a une fois encore, aucun rapport avec l’heure du repas ou le contenu de l’estomac…

3325965063_3a40fafe58_b

Alors… D’où vient cette histoire?

Tout ce qu’on sait des origines du mythe, ce que la première trace écrite a été retrouvée dans un manuel de “scoutisme pour garçons” de 1908

First, there is the danger of cramp. If you bathe within an hour and a half after taking a meal, that is, before your food is digested, you are very likely to get cramp. Cramp doubles you up in extreme pain so that you cannot move your arms or legs — and down you go. You may drown — and it will be your own fault.
(Tiré de http://www.snopes.com/oldwives/hourwait.asp#5VaddV2vb3qtZlGB.99)

Traduction

D’abord, il y a le danger de crampes. Si tu te baignes dans l’heure et demie qui suit ton repas, c’est à dire, avant la fin de la digestion, tu auras très certainement une crampe. La crampe te fera te plier sous la douleur extrême. Tu ne pourras plus bouger tes bras et tes jambes – et plouf, tu pourras te noyer – et ce sera de ta propre faute.

Sympa, l’esprit scout. “Tu mourras et ce sera de ta propre faute”. Ou comment traumatiser des générations entières de gosses en toute impunité.
En fait, comme souvent avec le principe de précaution – qui est toujours appliqué sans discernement – on fait en vérité plus de dégâts en croyant les éviter:

  • On enseigne des âneries à nos enfants en leur apprenant à se contenter de liens de cause à effet complètement improbables. C’est presque un crime contre l’esprit critique;
  • On torture de pauvres gosses innocents, pour rien. Et pas juste parce qu’on les culpabilise pour rien, mais déjà simplement parce que deux heures, c’est long, surtout deux heures de frustration pour un enfant!
  • On augmente de fait les véritables risques, notamment l’insolation et les coups de soleil, en empêchant les enfants de se rafraîchir aux heures les plus chaudes. De plus le fait de rester plusieurs heures sous le soleil entraîne une augmentation de la température du corps ce qui augmente également le risque d’hydrocution.

Enfin en cette période de championnats du monde de natation, avant d’aller vous baigner, pensez à ces nageurs professionnels qui mangent avant leur compétition pour éviter l’hypoglycémie. Sont-ils en danger du haut de leur petit plongeoir ?

Texte original : Alan Vonlanthen pour Podcast Science

Adaptation : Vincent Giudice pour Kidi’science

Répondre à kantfredo Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *