Vampires, sorcières, zombies : existent-ils vraiment ?

ATTENTION : les articles pour la semaine d’Halloween peuvent faire peur aux plus petits. Lisez bien l’article avant de leur en parler. 

Bien que le mot Halloween vienne de l’anglais All Hallows Eve (le soir de tous les saints), de nombreux historiens pensent que cette fête est d’origine celtique. Les celtes formaient un peuple présent sur une grande partie de l’Europe au 3ème siècle avant J-C. En 200 ans, ce peuple a connu un déclin important causé par l’agrandissement de l’Empire romain. Les derniers celtes ont vécu sur les îles britanniques et ont combattu avec vaillance les romains. Le peuple celte a disparu autour du 3ème siècle après J-C.

Au début de l’automne, les celtes célébraient le début de la « saison sombre » par la fête de Samain. Selon la mythologie celtique cette fête célébrée par les druides est propice aux événements magiques et mythiques.

Halloween est l’occasion de se déguiser, de faire la fête, de manger des bonbons (avec modération) et de se faire peur en racontant des histoires de vampires, sorcières ou de zombies. Mais est ce qu’ils existent vraiment ?

Le mythe des vampires

Plusieurs tombes de « vampires » ont été découvertes ces dernières années. En fait il ne s’agit pas de vampires comme tu l’imagines, que ce soit Dracula, Johnny Depp et encore moins Twilight (je suis désolé je ne connais pas son nom…). Il est plus probable que les « vampires » découverts aient été accusés à tort par méconnaissance. Le vampirisme servait le plus souvent à expliquer des phénomènes méconnus comme certaines maladies ou comme des phénomènes qui apparaissent lors de la décomposition des corps. En effet, lors de la décomposition des intestins d’un cadavre, il est possible que cela forme un ballonnement faisant sortir du sang par la bouche. Comme si la personne morte était sortie de son cercueil pour boire du sang. Tiens donc comme Dracula…Les témoins de ces phénomènes préféraient donc croire aux vampires et faisaient tout pour éviter que les « vampires » ne recommencent : pieu dans le corps pour le clouer au cercueil, décapitation, arrachement des canines…

tombes vampire
Tombeau de « vampires »

Certaines maladies dont les causes étaient méconnues à l’époque pourraient également expliquer le mythe du vampire. C’est le cas notamment de la tuberculose pulmonaire qui a pour symptômes entre autres du crachat de sang, de la sensibilité à la lumière, un amaigrissement et une pâleur (et là je suis sûr que cela te fait penser à un vampire…).

Si tu veux en savoir plus sur les maladies qui sont à l’origine du mythe des vampires, tu peux écouter l’émission de Podcast Science sur le sujet.

La chasse aux sorcières

Depuis le Moyen-Age de nombreuses personnes ont été accusées de sorcellerie. Les historiens estiment que 50 à 100 000 personnes ont été accusées de sorcellerie et tuées uniquement entre les 16ème et 17ème siècles. Ces personnes étaient pour 80% d’entre elles des femmes, dont une très faible portion de meurtrières. La plupart des femmes accusées de sorcellerie utilisaient des remèdes artisanaux pour soigner leur entourage. Encore une fois c’est une peur due à un manque de connaissance qui a entraîné l’apparition du mythe de la sorcellerie. Des archéologues ont découverts récemment des tombeaux de sorcières dans lesquels les corps des femmes étaient entourés de 17 dés ou de 13 clous. Leurs bouches étaient également remplies de clous ou de dés, peut être pour les empêcher de lancer des sorts. En tout cas il s’agit encore une fois d’un mythe.

Le crâne d'une personne accusée de sorcellerie avec des dés dans la bouche
Le crâne d’une personne accusée de sorcellerie avec des dés dans la bouche

Le zombie vaudou

Nous avions publié un article l’an dernier sur ce sujet que je t’invite à lire en suivant ce lien. En fait les zombies de la culture vaudou sont un peu différents de ceux de la culture actuelle que tu peux retrouver dans de nombreux films et séries. Le mythe autour du zombie vaudou peut-être expliqué par l’utilisation de drogues par les « médecins-sorciers » vaudous comme la Tetrodotoxin et l’atropine. Ces drogues permettaient aux « médecins-sorciers » de contrôler entièrement les faits et gestes des personnes de leurs choix.

Les légendes qui ont permis de créer les monstres d’Halloween sont donc la plupart du temps issues d’une mauvaise connaissance scientifique et donc d’une mauvaise interprétation des phénomènes observés. La science est donc importante pour comprendre le monde ! Cependant sans ces légendes on se ferait beaucoup moins peur le soir d’Halloween ! BOUH !

Auteur : Vincent Giudice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *