Des vaches comme vaccin

L’année dernière, le sujet d’actualité était le virus, cette année c’est le vaccin ! Sur Kidi, on veut aussi vraiment t’en parler. Alors, pour comprendre ce qu’est un vaccin et ce qu’a de particulier le vaccin contre le coronavirus, on a préparé plusieurs articles. 

Voici le premier épisode de la série qui débute au commencement : le tout premier vaccin. 

 

La variole était une maladie humaine très contagieuse causée par un virus de type poxvirus. Pox signifie en anglais pustules. En effet, les personnes atteintes par la forme grave de la variole voyaient leur peau se couvrir de pustules. Un malade sur cinq en mourait. Tu l’imagines : c’était une maladie très redoutée.

Des mentions de cette maladie figurent sur des écrits du VIIème siècle. Mais, selon les études historiques et moléculaires, la variole existe depuis au moins 10 000 ans. Même certaines momies égyptiennes portent les traces de la maladie. 

Pendant longtemps, l’homme a dû vivre avec ce virus qui faisait des dizaines de milliers de morts par an, rien qu’en Europe.
Jusqu’à ce qu’un médecin anglais fasse une découverte qui nous aide encore aujourd’hui.

 

Edward Jenner pratiquait la médecine dans une région agricole dans les années 1790 et il remarqua que la variole épargnait les fermières. Celles-ci passaient beaucoup de temps à traire les vaches. A l’époque tout se faisait à la main ! Et, à proximité des vaches, elles attrapaient la variole de la vache. Celle-ci est une variante de la variole qui touche plus particulièrement les bovins, elle est aussi appelée vaccine, de la même racine que vacca ou vache. Cette maladie était vraiment moins pénible et les fermières n’en mouraient pas.

Edward Jenner émit l’hypothèse que tomber malade de la vaccine pouvait protéger de la variole. Mais il fallait le prouver. Alors, il infecta un petit garçon avec la vaccine et un mois plus tard, il recommença avec la variole !
A l’époque, faire des expériences directement sur les personnes, sans tester en laboratoire, était une pratique courante en médecine : heureusement qu’on a fait des progrès depuis !
Le garçon tomba malade de la vaccine, en guérit puis ne fit aucune réaction au virus de la variole. Tout ceci fut confirmé par d’autres expériences et bientôt apparut la vaccination. Ce nom fut donné en lien avec les essais de Jenner par rapport à la vaccine. On s’infectait avec la vaccine pour se protéger de la variole. La vaccine était, par chance, une maladie dont on guérissait facilement.

Depuis, le terme de vaccination s’est généralisé à d’autres virus et bactéries grâce notamment à Louis Pasteur. Et les vaccins ont été améliorés. Par exemple, tout est fait pour minimiser les risques de tomber malade. 

La variole a été vaincue et totalement éliminée en 1980 grâce à des campagnes de vaccinations massives menées par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Et c’est tant mieux parce qu’on n’a toujours pas trouvé de traitement pour guérir, si par mégarde on l’attrape sans avoir été vacciné.

 

Mais comment ça marche ? Pourquoi attraper la vaccine protège de la variole ?
Pour le comprendre, il nous faut un peu expliquer comment notre corps réagit face aux virus et aux autres micro-organismes pathogènes, qui nous attaquent. La suite dans le prochain épisode.

Dessin: Inti Orozco
Auteure Emilie Neveu : Sense The Science

Pour aller plus loin

https://destinationsante.com/la-variolisation-ancetre-de-la-vaccination.html

On the origin of smallpox: Correlating variola phylogenics with historical smallpox records, PNAS: https://www.pnas.org/content/104/40/15787.full

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.