Katherine Johnson, qui était-elle ?

Lundi 24 février 2020, Katherine Johnson disparaît, à l’âge de 101 ans. Mais, sais-tu qui était cette grande Dame ?

Katherine Johnson était une informaticienne, physicienne, ingénieure en aérospatiale, mathématicienne, enseignante et elle a travaillé pour l’agence spatiale américaine NACA (National Advisory Committee for Aeronautics) devenue par la suite la NASA  (National Aeronautics and Space Administration).

Excellente en mathématiques, elle obtient très vite ses diplômes et devient professeure de mathématiques.

Je ne t’ai pas dit ? C’est une femme, ça tu l’avais compris, mais également noire. Et à l’époque (dans les années 50-60), la ségrégation* est très importante ! Donc ce n’est pas gagné pour elle !


* La ségrégation c’est le fait de ne pas accorder les mêmes droits à tout le monde pour des raisons de couleur de peau par exemple.

Lorsqu’elle apprend que la NACA recherche des femmes « computer » (des femmes capables de réaliser très vite des calculs mathématiques), elle pose rapidement sa candidature et est engagée.
Elle est, comme ses collègues noires, mise à l’écart de ses collègues blanches, en tant que « colored computer ». En 1958, son équipe sera intégrée à d’autres divisions de la NASA.
D’après les archives du National Visionary Leadership Project :
« Au début, elle travaillait dans un groupe de femmes affecté aux calculs mathématiques. Katherine surnommait ces femmes les « ordinateurs avec des jupes ». Leur travail principal consistait à lire les données des boîtes noires d’avions et d’autres travaux mathématiques. Puis, un jour, Katherine et une collègue ont été temporairement affectées pour aider l’équipe de recherche masculine sur les vols. Les connaissances de Katherine en géométrie analytique lui ont permis de s’intégrer rapidement au sein de ses nouveaux collègues et supérieurs, au point qu’ils ont « oublié de me renvoyer dans le groupe des femmes ». Les barrières de race et de genre étaient toujours présentes, mais Katherine dit les avoir ignorées. Elle s’affirmait dans l’équipe, demandait à participer aux réunions où aucune femme n’avait encore été admise. Elle disait simplement aux gens qu’elle avait fait le travail et mérité sa place. »

Katherine Johnson participe aux calculs qui enverront Alan Shepard dans l’espace (premier américain à avoir réalisé cet exploit). Mais elle a fait bien plus … John Glenn, le premier américain à réaliser un vol en orbite, exige que ce soit elle qui assure les vérifications des calculs. Et elle calculera aussi les trajectoires des missions Apollo notamment d’Apollo 11.

Katherine Johnson reçoit en 2015 la médaille présidentielle de la Liberté, la plus prestigieuse reconnaissance des Etat-Unis pour un civil, des mains du président  Barack Obama.

Photo Credit: (NASA/Bill Ingalls)

 « C’était une héroïne de l’Amérique, une pionnière dont l’héritage ne sera jamais oublié », écrit James Bridenstine, le patron de l’agence spatiale américaine.

« Katherine Johnson a permis « d’éliminer les barrières raciales et liées au sexe » », a de son côté salué la NAACP, la plus grande organisation de défense des Noirs aux Etats-Unis.

Sa vie est romancée dans l’extraordinaire film « les figures de l’ombre », qu’on te conseille de  voir. En effet, même si c’est romancé, cela permet de mieux comprendre la ségrégation de l’époque vis-à-vis des personnes noires. Il n’est pas évident pour les enfants de comprendre qu’il n’y a pas si longtemps, il y avait de la discrimination sacrément importante.

D’ailleurs, j’en parle dans mon livre « Au fait, à quoi ça sert … d’aller dans l’espace ? »

 Extrait : « Pour la petite histoire, John Glenn a souhaité que ce soit une femme qui vérifie sa trajectoire pourtant validée
par l’ordinateur. Cette même femme a permis des calculs de données de précision, notamment par rapport à l’alunissage d’Apollo 11 ou plutôt du LEM* (Ouiii, les premiers hommes sur la Lune) :
Katherine Johnson. » 

*Le LEM est le module lunaire.

Auteure : Christine Aubouin (La Muse et Vous et son blog)
Dessin d’illustrationElefant du blog Comicscience

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.