Des cercles mystérieux dans le désert : conte de fée ou réalité ?

Dans le Désert de Namibie, apparaissent des cercles de sable entourés de touffes d’herbes. Superbement tracés, comme posés sur le sol, ils paraissent d’origine extraterrestre. Pourtant, des scientifiques ont plusieurs explications, bien terrestres.

Les mystérieux cercles de sable du désert de Namibie @C. Randin

 

Des cercles fait de sable et d’herbes, assez mystérieux

La Namibie est un pays situé au Sud-Ouest de l’Afrique. Là-bas, on y parle principalement l’oshiwambo et parfois l’anglais. Il y a même encore quelques influences allemandes qui datent des années 1860-1920. Riche de plusieurs cultures et de plusieurs langues, la Namibie est pourtant peu peuplée et contient plus de 80 000 km2 de désert (le dixième de sa superficie). 

La Namibie se situe au Sud Ouest de l’Afrique. @Intercarto
Carte indiquant les différents types de végétation de la Namibie. Les déserts de Namibie sont indiqués en jaune. @arroukatchee.fr

 

Le désert de Namib s’étend le long de la Côte Atlantique, à l’Ouest, il a presque la même superficie que la région de La Nouvelle Aquitaine du Sud de la France. Ce désert est considéré comme l’un des plus vieux du monde. Il est aussi très connu pour ses dunes de sable rouge, orange ou violet, qui offrent un paysage extraordinaire surtout au moment des couchers de soleil. 

Dead Vlei, une de plus célèbres dunes orange de Sossusvlei du désert de Namib @D. Gurien

Mais il y a autre chose d’extraordinaire là-bas : des cercles de sable, comme posés régulièrement sur le sol, entourés d’herbes rases. Encore plus étonnant : les cercles grandissent ou rétrécissent au fil du temps.

 

L’imagination

Pour le peuple Himba, qui vit depuis des siècles dans cette région, les cercles sont des empreintes laissés par leurs Dieux, il y a longtemps, juste avant la création de leur Monde.

Pour les touristes venus admirer le désert, les guides locaux ont une autre explication : les cercles seraient des zones mortes, où rien ne pousse, à cause du souffle mortel d’un dragon vivant dans les profondeurs de la terre.

Et toi, à ton avis, que sont ces cercles ?

@ Namib Rand Nature Reserve

La vie du désert

Les écologues s’intéressent aux écosystèmes vivants. C’est à dire qu’ils étudient les liens et les interactions entres les différents organismes vivants. Et le désert est un environnement fascinant où ils peuvent observer des formes de vie et d’interactions qui se sont adaptées à cet environnement extrême.

Certains écologues pensent que les cercles arides sont créés par de tout petits animaux, des termites, qui mangent autour de leur nid se situant au centre des cercles. D’autres affirment que les touffes d’herbes qui forment le contour des cercles, s’organisent entre elles. Les scientifiques parlent alors d’auto-organisation. En fait, cela veut dire qu’elles se répartissent régulièrement, ni trop près l’une de l’autre, pour partager les ressources d’eau qui sont rares dans le désert.

 

A la recherche de preuves

Toutes ces histoires ne sont pas aussi jolies que la tienne, j’en suis sûre.  Mais laquelle est la plus probable ? Laquelle est vraie ? Imagine qu’il te faut maintenant prouver ton explication !

C’est ce que font les scientifiques. Il y a un an, une nouvelle explication a été proposée par un groupe de chercheurs de la Princeton University au New Jersey, USA. Ils ont apporté une première preuve : ils ont pu recréer les cercles que l’on voit dans le sable, en simulant l’interaction entre les herbes et les termites par ordinateur.

Pour cela, ils ont programmé une sorte de jeu, appelé dynamique des populations. Ils ont placé des colonies de termites virtuelles dans un désert virtuel, ainsi que des touffes d’herbe virtuelles, mais ayant les mêmes caractéristiques que les espèces du désert de Namibie. Ils leurs ont apporté un peu de pluie parfois, et ont pris en compte la reproduction des termites, leur besoin en nourriture, ainsi que la croissance des plantes et de leurs racines.

Les termites comme les plantes doivent boire pour vivre et se multiplier. Lorsque la pluie tombe, l’eau est absorbée par le sable et les termites la boivent. Elles empêchent alors les plantes et les autres colonies de termites d’avoir accès à l’eau, tout autour du nid. C’est pourquoi les colonies de termites doivent être isolées les unes des autres pour survivre : elles forment ainsi petit à petit des cercles arides de sable autour d’elles. Si une colonie grandit, le cercle grandit et fait rapetisser les autres cercles.  Les touffes d’herbes, quant à elle, se placent entre les cercles, là où il y a encore de l’eau à puiser pour leurs racines.

Dans le jeu virtuel, les colonies de termites ont donc formé des cercles de sable entourés d’herbes. Les scientifiques ont même découvert que les touffes d’herbes, elles aussi, formaient des cercles d’herbes entres elles : les herbes aussi se “battent” pour l’accès à l’eau.

Une figure tirée de l’article montrant les motifs trouvés par le jeu virtuel. Tout en bas à gauche, lors des saisons des pluies (c); juste au dessus lors d’une saison sèche (b), l’herbe est en vert et le sable en marron. Le nid des termites se trouve au centre des grands cercles de sable.

Grâce aux simulations informatiques, les chercheurs ont donc recréé les cercles de sable entourés d’herbe. Mais les simulations ne prennent pas toute la réalité en compte. Il faut que les chercheurs vérifient sur place si leur explication est non seulement possible mais vraie.  

En attendant, leur histoire est une explication qui paraît plus réelle que celle des dragons, car dans cette région de Namibie, il y a bel et bien des termites, des herbes et peu d’eau. Mais peut être qu’un autre élément a aussi de l’importance !

Peut être que toi aussi, plus tard, tu joueras au détective du vivant en allant explorer des régions de la Planète où il se passe quelque chose d’extra-ordinaire.

Autrice : Emilie Neveu / Sense the Science

Pour aller plus loin :

L’article scientifique en question : Tarnita, C. E., Bonachela, J. A., Sheffer, E., Guyton, J. A., Coverdale, T. C., Long, R. A., & Pringle, R. M. (2017). A theoretical foundation for multi-scale regular vegetation patterns. Nature, 541, 398

Un autre article de Kidi par Karim sur les crop-circles sous-marins

Les mystérieux crop circles sous-marins

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *