Des doigts ridés après un bain

Brr…mes doigts sont tous ridés !

Tu as très certainement remarqué qu’à la sortie du bain, ou d’une baignade à la piscine ou la mer, tes doigts (mais aussi tes orteils) étaient tout plissés, tout ridés (surtout si le bain se prolonge)!

Comment se fait-il ?

doigts_1

La peau, c’est quoi ?

La peau (avec les poils, les cheveux et les ongles) constitue une solide protection du corps par rapport à l’environnement (température extérieure, agents infectieux, rayons solaires). C’est aussi l’élément empêchant la déshydratation de ton corps. Enfin, c’est un moyen d’investigation du monde grâce au sens du toucher.

Pour jouer tous ces rôles à la fois, la peau est composée de trois couches superposées :

  • la couche superficielle (externe) relativement fine appelée l’épiderme,
  • une couche juste en dessous, plus épaisse, constituée de cellules vivantes, appelée le derme,
  • la couche la plus profonde (l’hypoderme) faite de cellules vivantes et de cellules graisseuses.

Les couches inférieures contiennent des vaisseaux sanguins, des nerfs, de la graisse, des glandes sudoripares (celles qui permettent de transpirer), des follicules pileux (les poils).

doigts_2

doigts_3

L’eau glisse sur la peau
Pour servir de rempart, l’épiderme est recouvert d’une substance huileuse appelée « sébum » qui protège la peau et qui, de part son caractère huileux « repousse » l’eau. Ce qui fait, qu’on a souvent du mal à se laver correctement les mains, sauf si tu ajoutes du savon (voir un autre article sur ce sujet) .

Par contre, pendant une immersion un peu plus longue, ce n’est plus la même chose !

Que se passe-t-il lors d’un bain ?

Tout d’abord, lorsque tu restes suffisamment longtemps dans l’eau, le sébum finit par s’éliminer.
Pendant longtemps, les scientifiques pensaient alors, que sans sébum, l’eau pouvant pénétrer la couche externe de la peau, entraînait le gonflement de cette dernière. On supposait ainsi qu’en gonflant,  retenues par les couches sous-jacentes, les cellules de l’épiderme s’empilaient et formaient des plis et des ondulations visibles sur ta peau.

Mais des recherches récentes ont remis en cause cette théorie. C’est en fait le derme qui serait impliqué de façon plus active via le système nerveux : notre cerveau, de façon réflexe, envoie l’ordre de comprimer les vaisseaux sanguins du derme ce qui conduit à une diminution de volume de cette couche de chair.

Concernant cette seconde explication, les chercheurs ont rassemblé plusieurs preuves. Notamment le fait que chez certains individus (ceux dont les fibres nerveuses des doigts sont endommagées), le phénomène de plissement sous l’eau ne se produit pas.

doigts_4

Est-ce que ce phénomène a une utilité quelconque ?

Certaines études se sont intéressées aussi à cet aspect du « pourquoi ? » et sont arrivées à la conclusion que cette particularité (qu’on retrouve aussi chez certains autres primates) était très utile dans certaines conditions : elle améliore la préhension (faculté à saisir quelque chose)
d’un objet submergé ou mouillé. Et cela aurait grandement aidé nos ancêtres qui se déplaçaient dans des environnements humides (meilleure adhérence au sol) et qui vivaient de chasse et de pêche (meilleure saisie du harpon). C’est un peu le même effet que les chaînes sur les pneus de voiture : il y a une meilleure adhérence sur un sol enneigé.

Quant au fait de savoir pourquoi nos mains ne plissent pas hors de l’eau ? L’idée est que le plissement a un coût : la perte de sensibilité de nos doigts. Il ne faut donc mettre à contribution cet effet que lorsque cela est vraiment nécessaire.

Références

http://fr.wikipedia.org/wiki/Peau
http://link.springer.com/article/10.1007/s10286-004-0172-4
http://rsbl.royalsocietypublishing.org/content/9/2/20120999.full

Texte : Pascale BAUGE – Le Monde et Nous

Illustrations : Stéphanie DUBUT (Stef Comics)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *